Anne-Marie Caillet

Emailleur sur métal (bijouterie)

23-Creuse, Nouvelle-Aquitaine

Créations en émaux sur cuivre cloisonnés

alt alt alt alt alt
Démarche artistique et professionnelle
J’imagine et je façonne des bijoux et des objets décoratifs en émaux sur cuivre. Chaque création est une pièce unique ou réalisée en petite quantité. C’est un travail qui demande une grande minutie et beaucoup de patience. J’affectionne en particulier la technique dite du « cloisonné » : J'utilise comme support du cuivre, que je découpe et mets en forme. Je le recouvre avec une première couche d'émail transparent qui me permet ensuite d’y fixer des fils d’argent. Ces fils d’argent permettent de créer des cloisons qui forment un dessin. Ces cloisons sont ensuite remplies par des poudres d'émail de différentes couleurs. Les pièces sont cuites à plusieurs reprises dans un petit four dont les températures oscillent entre 780° et 870°, c’est ce qu’on appelle la cuisson « émail grand feu ». Chaque création nécessite entre 5 et 7 cuissons.
Son parcours
Ma maman, Hélène, professeur de dessin, m’a fait découvrir les émaux quand j’étais petite. Je suis restée médusée quand j’ai vu sortir du four pour la première fois la pièce émaillée en fusion ! J’ai gardé au fond de moi ce souvenir et y repensant très souvent par la suite... J’ai fait des études générales et j’ai obtenu un BTS de Secrétaire de Direction en 1992. Mon parcours professionnel a commencé à La Poste à Paris où j’ai exercé pendant une dizaine d'années, puis, j’ai travaillé pour l’École des Mines de Saint-Etienne sur son campus des Bouches-du-Rhône. En 2011, mon souvenir d’émaillage demande à se concrétiser et je me mets aux émaux. Je commence alors à pratiquer régulièrement et avec acharnement. Autodidacte, je passe des jours et des jours et des heures pour améliorer ma technique et apprivoiser l’émaillage. J’adore ça ! Faire des émaux m’apporte un équilibre et une harmonie dans ma vie. Je réalise également plusieurs stages à la Maison de l’émail à Limoges ainsi que chez Christophe Mirande à Paris. Pour me challenger un peu plus, je décide de passer le CAP d'émailleur d’art sur métal en candidate libre, diplôme que j’obtiens en 2017 après avoir passé les épreuves au centre AFPI de Limoges. En 2021, lassée par le travail administratif, je démissionne et décide d’exercer le métier d’émailleur.
Evenements et expositions
Journées Européennes des Métiers d'Art en 2022-2023-2024
Démarche artistique et professionnelle Son parcours Evenements et expositions

J’imagine et je façonne des bijoux et des objets décoratifs en émaux sur cuivre. Chaque création est une pièce unique ou réalisée en petite quantité. C’est un travail qui demande une grande minutie et beaucoup de patience. J’affectionne en particulier la technique dite du « cloisonné » : J'utilise comme support du cuivre, que je découpe et mets en forme. Je le recouvre avec une première couche d'émail transparent qui me permet ensuite d’y fixer des fils d’argent. Ces fils d’argent permettent de créer des cloisons qui forment un dessin. Ces cloisons sont ensuite remplies par des poudres d'émail de différentes couleurs. Les pièces sont cuites à plusieurs reprises dans un petit four dont les températures oscillent entre 780° et 870°, c’est ce qu’on appelle la cuisson « émail grand feu ». Chaque création nécessite entre 5 et 7 cuissons.

Ma maman, Hélène, professeur de dessin, m’a fait découvrir les émaux quand j’étais petite. Je suis restée médusée quand j’ai vu sortir du four pour la première fois la pièce émaillée en fusion ! J’ai gardé au fond de moi ce souvenir et y repensant très souvent par la suite... J’ai fait des études générales et j’ai obtenu un BTS de Secrétaire de Direction en 1992. Mon parcours professionnel a commencé à La Poste à Paris où j’ai exercé pendant une dizaine d'années, puis, j’ai travaillé pour l’École des Mines de Saint-Etienne sur son campus des Bouches-du-Rhône. En 2011, mon souvenir d’émaillage demande à se concrétiser et je me mets aux émaux. Je commence alors à pratiquer régulièrement et avec acharnement. Autodidacte, je passe des jours et des jours et des heures pour améliorer ma technique et apprivoiser l’émaillage. J’adore ça ! Faire des émaux m’apporte un équilibre et une harmonie dans ma vie. Je réalise également plusieurs stages à la Maison de l’émail à Limoges ainsi que chez Christophe Mirande à Paris. Pour me challenger un peu plus, je décide de passer le CAP d'émailleur d’art sur métal en candidate libre, diplôme que j’obtiens en 2017 après avoir passé les épreuves au centre AFPI de Limoges. En 2021, lassée par le travail administratif, je démissionne et décide d’exercer le métier d’émailleur.

Journées Européennes des Métiers d'Art en 2022-2023-2024

Ses créations

4 créations
Trier par