Chaise GARDEN PARTY

sonia laudet

320 €
Chaise datant des années 1950, entièrement restaurée, et recouverte d'une création textile. Ici la couverture en textile est une création origina...
  • Matière : bois, coton et laine
  • Couleur : rouge, bleu roi, jaune paille, vert sapin
Voir plus ›
Disponible immédiatement
Le délai d’expédition est de 3 jour(s)
Sur commande
Le délai d’expédition est de 20 jour(s)
Ajouter au panier

Chaise GARDEN PARTY

sonia laudet

320 €

Sélectionner les quantités

Chaise datant des années 1950, entièrement restaurée, et recouverte d'une création textile. Ici la couverture en textile est une création originale, fait main, à partir de découpe et assemblage de matières nobles, suggérant un jardin d'été.

  • Type : Pièce numérotée
  • Certificat d’authenticité : Non
  • Type personnalisé : chaise pouvant servir autour d'une table à manger ou pour un bureau
  • Univers complexe : poétique et contemporrain
  • Style : Ethnique
  • Pièce modulable : Non
  • Dimensions : H85 X L45 X P45 cm
  • Convient en extérieur : Non

structure en bois, assemblage de divers textiles : toile de coton gratté rouge, flanelle de laine jaune paille et vert sapin, velours de coton bleu roi.

Créateur
sonia laudet

Diplomée en design de mode et tapisserie d’ameublement, Sonia Laudet associe habilement ces deux disciplines. Notre intérieur nous raconte et nous ressemble. Le siège a comme le vêtement une dimension sociale & fonctionnelle indispensable. Mais il ne meurt pas d’une saison à l’autre : il patiente parfois des décennies dans un grenier, mais étrangement, on s’y attache, on l’adore, même s’il pue, même si ses ressorts nous narguent. Il fait partie de la famille, il connait toute notre histoire, il est presque vivant. Donner son fauteuil à restaurer, ce n’est pas un simple appel à la main d’oeuvre, c’est une confidence. Ainsi son travail vise à créer une esthétique poétique et intemporelle, méritée par cette objet qui nous accompagne. Et puis il y a ce fauteuil, celui qui nous raconte, qui a grandi avec nous et qu’on ne laissera pour rien au monde sur un trottoir parisien. Et puis il y a ce fauteuil, celui qu’on rencontre, qui nous ressemble et qu’on aimerait faire vieillir à la maison.