Tabouret COCAGNE

sonia laudet

250 €
Tabouret confortable vêtu d'un assemblage de matières, velours et laine.
Un paysage poétique et doux.
  • Matière : Velours de coton
  • Couleur : Bleu nuit, rose pastel, vert
Voir plus ›
Disponible immédiatement
Le délai d’expédition est de 4 jour(s)
Sur commande
Le délai d’expédition est de 20 jour(s)
Ajouter au panier

Tabouret COCAGNE

sonia laudet

250 €

Sélectionner les quantités

Tabouret confortable vêtu d'un assemblage de matières, velours et laine.
Un paysage poétique et doux !

  • Type : Pièce en petite série
  • Certificat d’authenticité : Non
  • Type personnalisé : tabouret confortable
  • Type de pièce prédéfini : Banc
  • Univers complexe : paysage poétique
  • Style : Design
  • Pièce modulable : Non
  • Dimensions : H46 P42 L42
  • Convient en extérieur : Non

Structure en métal, rouillé par le temps, assise restaurée et revêtue d'un patchwork fait main, velours de coton et laine. Siège d'appoint pour un salon, une chambre, un bureau...

Une recherche de lignes pures, assemblage de matières nobles, à partir de chutes de tissu. Tout est conçu à la main, à Bayonne; croquis, patronage, coupe, couture.

Créateur
sonia laudet

Diplomée en design de mode et tapisserie d’ameublement, Sonia Laudet associe habilement ces deux disciplines. Notre intérieur nous raconte et nous ressemble. Le siège a comme le vêtement une dimension sociale & fonctionnelle indispensable. Mais il ne meurt pas d’une saison à l’autre : il patiente parfois des décennies dans un grenier, mais étrangement, on s’y attache, on l’adore, même s’il pue, même si ses ressorts nous narguent. Il fait partie de la famille, il connait toute notre histoire, il est presque vivant. Donner son fauteuil à restaurer, ce n’est pas un simple appel à la main d’oeuvre, c’est une confidence. Ainsi son travail vise à créer une esthétique poétique et intemporelle, méritée par cette objet qui nous accompagne. Et puis il y a ce fauteuil, celui qui nous raconte, qui a grandi avec nous et qu’on ne laissera pour rien au monde sur un trottoir parisien. Et puis il y a ce fauteuil, celui qu’on rencontre, qui nous ressemble et qu’on aimerait faire vieillir à la maison.