Sculpture SEPTEMBER MORNING

ABEL

1 800 €
Pièce originale. Modelage en faïence brune, cuite et lissée. Corps de femme sur socle en aluminium massif.
  • Matière : Faïence brune lissée
  • Couleur : faïence brune
Voir plus ›
Disponible immédiatement
Le délai d’expédition est de 3 jour(s)
Livraison : à partir de 40 € (France)
Sur commande
Le délai d’expédition est de 60 jour(s)
Livraison : à partir de 40 € (France)
Ajouter au panier

Sculpture SEPTEMBER MORNING

ABEL

1 800 €

Sélectionner les quantités

Pièce originale. Modelage en faïence brune, cuite et lissée. Corps de femme sur socle en aluminium massif.

  • Type : Pièce unique
  • Certificat d’authenticité : Oui
  • Convient en extérieur : Non
  • Installation : À poser
  • Dimensions : H 45 cm L 33 cm P 26 cm

Produit livré avec : un certificat d'authenticité

Sculpture corps de femme présenté sur socle en aluminium massif -environ 10 kg.

L'inspiration des formes du corps de la femme, pour exprimer une certaine liberté. La bascule du corps et la tension des bras inspirent à la détente.

SEPTEMBER MORNING est présentée fixée sur son socle en aluminium massif, celui-ci est expédié indépendamment de la sculpture.

Créateur

Les sculptures d’Abel traduisent l’esthétique des émotions. Sa source d’inspiration est en perpétuel mouvement : le corps de la femme et de l’homme s’illustrent dans ce qu’ils ont de plus touchant : un supplément d’âme qui transparaît dans leurs moindres « faits et gestes ». Le monde est un théâtre…comme un spectateur, ultra-sensible à ce qui se dégage de l’Autre, Abel modèle ces émotions impalpables jusqu’à les matérialiser en un objet unique, chargé d’énergie, et de sensualité. Les formes envolées sont réalisées en terre (tantôt brute tantôt stylisée),ou librement abordées grâce à une matière à base de résines, mise au point par l’artiste. La brutalité de la terre empreinte de la gestuelle de la main, ou la sophistication d'une pièce en aluminium longuement polie, incite au contact physique avec la pièce, ce qui est primordial pour Abel. Ces deux approches ne sont pas paradoxales, elles ne font que satisfaire le besoin instinctif de toucher pour mieux le partager.