Sculpture Racine mère-fille

jade sculptures

560 €
Sculpture d'un double buste racine mère-fille en grès décoré aux oxydes cuisson 1260°. Pièce unique modelée entièrement à la main dans mon at...
  • Matière : Grès et oxydes
  • Couleur : Ocre
Voir plus ›
Disponible immédiatement
Le délai d’expédition est de 3 jour(s)
Livraison : à partir de 14 € (France)
Ajouter au panier

Sculpture Racine mère-fille

jade sculptures

560 €

Sélectionner les quantités

Sculpture d'un double buste racine mère-fille en grès décoré aux oxydes cuisson 1260°. Pièce unique modelée entièrement à la main dans mon atelier d'art en France.

  • Type : Pièce unique
  • Certificat d’authenticité : Oui
  • Convient en extérieur : Oui
  • Installation : À poser
  • Dimensions : H18cmxL17cmx10cm

Produit livré avec : un certificat d'authenticité

Sculpture pour rêver.

DANS LE SILENCE DE L’ATELIER Dans le silence de l’atelier, je sculpte. J’ai plongé mes mains dans la terre à l’âge de 5 ans. Je modèle et grave dans l’argile de petites âmes chargées d’émotions. Prisonnières dans leur manteau, comme une seconde peau tatouée, scarifiée. Le visage est précis, le corps est évoqué. J’enveloppe mes personnages, tisse des cocons d’argile. Quand les regards de mes sculptures deviennent trop présents et les corps trop bavards, je retourne à la poésie des maisons, des arbres et des paysages. Un univers intime comme sorti d’un conte sans âge et sans époque où se mêlent douceur et mélancolie. L’imaginaire se confie à la matière.

La sculpture sera emballée dans du plastique bulles et dans un colis double paroi.

Créateur

DANS LE SILENCE DE L’ATELIER Dans le silence de l’atelier, je sculpte. J’ai plongé mes mains dans la terre à l’âge de 5 ans. Je modèle et grave dans l’argile de petites âmes chargées d’émotions. Prisonnières dans leur manteau, comme une seconde peau tatouée, scarifiée. Le visage est précis, le corps est évoqué. J’enveloppe mes personnages, tisse des cocons d’argile. Quand les regards de mes sculptures deviennent trop présents et les corps trop bavards, je retourne à la poésie des maisons, des arbres et des paysages. Un univers intime comme sorti d’un conte sans âge et sans époque où se mêlent douceur et mélancolie. L’imaginaire se confie à la matière.