Sculpture Et la mer se retira n°2

Atelier Suzanne Capdevielle

Indisponible

L’envie d’élévation, de s’extraire des profondeurs de la mer.
  • Matière : Terre cuite porcelaine engobe émaux verre
  • Couleur : Gris bleu ocre
Voir plus ›
Création non disponible
Le stock de cette création est épuisé
Non disponible sur commande
Cette pièce n'est plus disponible à la commande

Sculpture Et la mer se retira n°2

Atelier Suzanne Capdevielle

0 €

Sélectionner les quantités

L’envie d’élévation, de s’extraire des profondeurs de la mer.

  • Type : Pièce unique
  • Certificat d’authenticité : Oui
  • Convient en extérieur : Non
  • Installation : À poser
  • Dimensions : H 24 cm

Produit livré avec : un certificat d'authenticité

Sculpture à poser. Il est possible de la placer sur un support à votre convenance. (Bois, pierre, métal...). Pour ce faire, pour l’installation, un orifice est prévu sous la sculpture. Il pourra recevoir la tige prévue sur votre support. Elle apprécie la lumière naturelle ou artificielle pour valoriser l'éclat des émaux et du verre.

La transparence de l’eau. L’étendue de sable blanc Le soleil qui perce la translucidité et dévoile les mystères cachés entre les immenses roches granitiques L’envie d’élévation, de s’extraire des profondeurs de la mer et de rejoindre cette fin de terre (Finistère) Pour ces personnages adultes, souvent androgynes et qui tentent à être célestes, les yeux sont fermés. La sculpture est en argile de grès cuite à 1000°C. Oxydes, pigments, porcelaine, émaux. Plusieurs cuissons à 1050°C.

L'emballage est soigné. La sculpture est entourée de papier bulle et placée dans un premier carton. Ce dernier sera placé dans un second carton. Les vides sont complétés par des chips. Livraison dans toute l' Europe par colissimo. Certificat d'authenticité numérique.

Créateur

Mes sculptures mettent en scène le corps humain. Je montre des personnes en recherche, provisoirement détachées du monde et de ses contingences. En mouvement ou statiques, souvent androgynes, elles ont les yeux fermés. Elles semblent venir d’un temps passé. Très récemment, elles s’associent à l’animal. Certains lieux me guident et nourrissent mes pensées : L’atmosphère étrange, vaporeuse d’un moulin et la lande qui l’entoure : Le sol poudreux, les corps dissimulés par un voile de blancheur. L’ensemble qui perd de sa précision et n’est plus qu’ébauche. Les couleurs de landes : couleurs d’ardoise, d’ocre, de lichen, de terres ferrugineuses. Couleurs de rivière, de rocaille, d’érosion. L’émail mat, nuancé apprécie les cuissons multiples suivies d’un enfumage contrôlé. Parfois, je combine l’argile de grès et la porcelaine. L’un sert de support pour accueillir le blanc poudreux de l’autre. Le métal martelé, soudé apporte quelquefois sa force. Puis, le bronze a fait sa place.