Boucles d'oreilles Pampilles beige

Claire Marfisi

45 €
Boucles d'oreilles Pampilles, en grès beige mat, légères et mobiles.
  • Matière : grès de Saint Amand en Puisaye
  • Couleur : beige
Voir plus ›
Disponible immédiatement
Le délai d’expédition est de 3 jour(s)
Ajouter au panier

Boucles d'oreilles Pampilles beige

Claire Marfisi

45 €

Sélectionner les quantités

Cette création existe en différentes versions

Boucles d'oreilles Pampilles, en grès beige mat, légères et mobiles.

  • Type : Pièce en petite série
  • Certificat d’authenticité : Oui
  • Attache clip : Non
  • Dimension : H:4cm L: 2cm poids: 4 grammes
  • Matériaux d'appret : acier inoxidable

Produit livré avec : un certificat d'authenticité

En grès beige avec l'attache en acier inoxydable et un petit capuchon de sécurité transparent à l'arrière. Le grès est cuit à haute température (1280 °C), ce qui le rend résistant et imperméable. A manipuler avec soin, éviter les chutes. Peut se nettoyer à l'eau et au savon. A porter quotidiennement sans modération !

Le grès beige vient de Saint Amand en Puisaye, région de Bourgogne. C’est une terre naturelle. Le grès travaillé en finesse reste mobile et léger.

Livrées dans une boîte, sous enveloppe bulle avec La Poste en lettre suivie, en France et à l'international.

Créateur

En grès sombre ou en porcelaine blanche, les bijoux de Claire Marfisi, essentiellement des colliers, font sensation : grandes chaînes, avec ou sans pendentifs, mais plus souvent plastrons ou pectoraux ils font tantôt penser aux larges cols des costumes anciens lorsqu’ils reposent sur les épaules, tantôt à une parure pour jeune mariée audacieuse. Chacun d’eux est constitué de mailles carrées taillées à la plaque à l’aide d’un emporte-pièce, et accrochées les unes aux autres. Une technique d’apparence simple mais assez longue à mettre en œuvre qui tient à la fois du tricot et de la dentelle et qu’elle a d’ailleurs brevetée. L’articulation des anneaux permet au collier de bouger, de rester souple et de faire entendre une agréable sonorité. Texte de Carole Andréani.